Râler ça ne sert à rien, râler ça ne sert à rien, bref….ça ne sert à rien de râler.

5 mois pour changer et faire autrement

Je suis dans les premières journées de mon défi, et après 2 jours, me voilà déjà dans une situation de « râlerie », d’ailleurs c’est ma préférée. Elle arrive très souvent, et pour ainsi dire tous les jours. Donc, vous vous souvenez, je change mon bracelet « fluo » de côté, ce bracelet qui ne va avec aucun de mes vêtements en plus, et c’est important.

J’ai oublié de vous en parler, mais comment on sait si on râle d’ailleurs ? Quels sont les différents critères qui me permettent de savoir si je râle ?

Dans les ateliers, nous avons identifié et travaillé sur 3 différents filtres de « râlerie ». D’ailleurs, ces filtres m’ont beaucoup aidé durant ma période de challenge. Lorsque j’avais un doute, je passais la situation à travers ces différents filtres pour savoir si j’avais râlé.

La voiture

Alors la voiture, c’est un sujet commun à tout le monde. Je suis certaine que ça vous concerne, et que vous voyez très bien ce que je veux dire. Entre les bouchons, ceux qui dépassent à droite, puis se rabattent à gauche, ceux qui roulent à 100 sur la piste de gauche, et alors, j’ai envie de vous dire, pour moi les PIRES, ce sont ceux qui entrent sur l’autoroute à 60 km heure.

Nous parlons bien d’une voie d’accélération, où je me trompe ? Donc voie d’accélération, j’imagine qu’on accélère, ou au moins qu’on fasse un effort dans ce sens !!

Eh bien, moi CHAQUE fois que je prends ma voiture, je me retrouve derrière une personne (et je suis gentille, car j’ai arrêté de râler), qui entre à 60-70 km/ sur l’autoroute. Toi, tu vois les camions qui arrivent, eux à 120 km/h, et qui ne vont pas se mettre sur la piste de gauche pour que tu puisses entrer « peinard » sur l’autoroute !! Les camions, n’ont d’ailleurs pas à le faire, c’est aux automobilistes d’adapter la vitesse à la situation.

Je suis donc je pense au 14ème jour consécutif sans râler, je ne vous explique même pas comment j’étais. Je me sentais très fébrile, car il me restait encore 7 jours à tenir, et ça commençait à devenir tendu.

Me voilà en partance sur l’autoroute, comme très souvent le matin, et je me retrouve coincée derrière une personne qui entre sur la piste à 50 km/h et sans exagérer. Là, sincèrement, ça en était trop pour moi. J’ai commencé par lui coller au coffre, ensuite, j’ai crié tous les noms d’oiseaux (et j’en connais un paquet…suite à un voyage dans le grand Nord).

Lorsque j’ai enfin pu la dépasser, j’ai fait aussi des gestes qu’on fait lorsqu’on est très énervé, vous voyez le genre ? Je n’ai pas eu besoin de passer cette situation dans un filtre, c’était assez clair que j’avais râler.

Et hop en levant le bras gauche, ou droite, je ne sais plus, je remarque le bracelet fluo, vous savez celui où il est écrit en grand « J’ARRETE DE RALER.com ». Ah oui, je l’avais complètement oublié celui-là, pas de bol, je vais devoir le mettre de l’autre côté, et recommencer mon challenge à zéro tout de suite normalement, sauf que moi je n’ai pas pu, j’étais tellement énervée, que tant qu’à faire, j’ai continué de râler toute la journée.

Râler ça ne sert à rien, râler ça ne sert à rien, bref… ça sert à rien de râler.